Twitter du Cercle

Pascal Canfin, le journaliste devenu ministre

Version pour imprimerPDF version

16 mai 2012

La nomination de Pascal Canfin est l'une des surprises du gouvernement "Ayrault I". Cet eurodéputé fait partie, avec Cécile Duflot, du "quota écologiste", mais limiter cette nomination à cette raison serait une erreur. La réaction générale de ceux qui observent Pascal Canfin depuis trois ans au Parlement européen est la même: cette nomination est la reconnaissance d'un véritable expert économique et une grande perte pour les rangs de l'hémicycle européen.


Pascal Canfin, ministre du développement © Joelle Dolle

Pascal Canfin, journaliste puis eurodéputé, il devient ministre en 2012



On peut résumer ce sentiment au travers de la réaction de l'eurodéputée verte allemande Franziska Brantner: "Je me réjouis pour Pascal Canfin, mon collègue du Parlement européen, devenu Secrétaire d'Etat au développement en France! Mais il va nous manquer dans la commission ECON" -la commission des affaires économiques et monétaires. 

Pascal Canfin a su se faire un nom et une réputation dans les couloirs de Strasbourg et de Bruxelles. Il est précis, engagé et comprend parfaitement les enjeux qui se cachent derrière les chiffres des questions bancaires ou économiques. Son passage en tant que journaliste à Alternative Economique n'y sont pas pour rien, tout comme son poste de responsable de la commission Economie, social et services publics des Verts entre 2005 et 2009. Cependant, on a beau être un expert, on en est pas pour autant politique.

A l'origine de Finance Watch

Il sait notamment fait connaître de ses pairs au moment de la création du "Greenpeace de la Finance", Finance Watch. Il n'était au Parlement européen que depuis un an et quelques mois et lançait (avec d'autres eurodéputés) un lobby citoyen sur les questions bancaires à dimension européenne. Or au Parlement européen, les députés ont l'habitude de s'imposer progressivement, car l'hémicycle bleu de Strasbourg a la culture de la méritocratie progressive, un peu à l'image des députés allemands qui montent en grade en fonction de leur ancienneté et de la qualité de leurs travaux. C'est le cas du président du Parlement, Martin Schulz , ancien président du PSE (voir son portrait).

En fait, c'est faute d'avoir suffisamment de temps pour faire face en tant que député au flot continu d'informations venant des représentants des milieux financiers et bancaires, que Pascal Canfin avait décidé de créer ce groupe de lobby-citoyen. Le but est de fournir aux eurodéputés des informations prenant en considération les intérêts des citoyens sur le modèle en quelque sorte de Greenpeace.

Pascal Canfin est pro-européen et fédéraliste, comme tous les écologistes. C'est peut-être cette prise en compte globale des besoins de notre continent qui lui fait dire que "face à des groupes financiers mondiaux, l'échelon national est trop étroit pour être efficace" (voir son interview pour le Cercle). Il s'impliquera notamment dans les débats sur l'épineux dossier des CDS et sur la vente à découvert. Dans un rapport qu'il a porté au Parlement européen, il convainc les députés européens de voter l'interdiction de la spéculation sur la dette souveraine et de limiter la vente à découvert.

Sa présence forte et reconnue au sein de la prestigieuse Commission des affaires économiques ("ECON") conduira la candidate à la présidentielle d'Europe Ecologie Les Verts, Eva Joly, à le prendre dans son équipe de campagne. Il sera alors son conseiller économique. Michel Sapin et Jean-Pierre Jouyet, président de l’autorité des marchés financiers l'auraient ensuite recommandé à François Hollande.

Un parcours atypique dans la politique française

Sa nomination au poste de ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères chargé du développement est le fruit d'un beau parcours personnel. Il grandit à Arras dans une famille marquée par l a mine,son grand-père étant mineur. A près son baccalauréat , il quitte sa région pour Bordeaux et notamment son Institut d'Etudes Politiques avant de parfaire sa formation à l'Université de Newcastle en 1998 avec un Master d'études européennes. Il commencera ensuite sa vie professionnelle en tant que chargé de mission à la CFDT du Nord. C'est en 2003 qu'il entre à Alternatives Economiques, où il se spécialise dans les questions environnementales, sociales et financières.

Il n'imaginait peut-être pas lors des élections européennes de 2009 devenir peu de temps après connu comme il l'est aujourd'hui du grand public. Il expliquait encore à quelques semaines du scrutin des européennes "à quel point ce serait bien qu'Eva Joly soit aussi élu et pas seulement Dany". En effet, en tant que troisième sur la liste Ile-de-France pour cette élection, le journaliste d'Alternatives Economiques ne pensait pas du tout aller siéger un jour à Strasbourg. La percée d'Europe Ecologie aux élections européennes lui a permis de mettre l'Europe en pratique au Parlement de Strasbourg, puis - en devenant ministre délégué chargé du développement auprès du ministre des Affaires Etrangères le 16 mai 2012 - de dépasser les frontières de l'Europe pour rayonner sur tous les continents! 

www.troisfourmis.com