Twitter du Cercle

En direct de l'Académie des Technologies

Dialogues européens : Michel Barnier reçoit Neelie Kroes, Commissaire à la concurrence

Version pour imprimerPDF version

29 avril 2008

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Vice Président du Parti populaire européen (PPE), recevait dans le cadre de l’initiative "Dialogues européens", le commissaire européen à la Concurrence, Neelie Kroes.


Michel Barnier et Neelie Kroes ©Ministère de l'agriculture

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Vice Président du Parti populaire européen (PPE), recevait dans le cadre de l’initiative "Dialogues européens", le commissaire européen à la Concurrence, Neelie Kroes. (©Ministère de l’agriculture)



L’Initiative "Dialogues européens", lancée par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Michel Barnier, vise à animer et enrichir le débat européen à la veille de la Présidence française de l’Union. 2008 est une période charnière pour l’Europe, l’année 2009 devant voir l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne avant les élections européennes de juin. L’initiative permet de réunir, autour de responsables européens, des parlementaires français et des personnalités de la société civile pour discuter des grands enjeux européens.

Ancien ministre délégué aux Affaire européennes (1995-1997), ancien Commissaire européen (1999-2004) et ancien ministre des Affaires étrangères (2004-2005), Michel Barnier à la charge du portefeuille stratégique de la Politique agricole commune (PAC). Vice Président du Parti populaire européen (PPE), il travaille également à l’élaboration du projet politique du PPE en vue des élections européennes de juin 2009. Lors de la rencontre du 29 avril 2008, Neelie Kroes a présenté à plusieurs parlementaires français ainsi qu’à des avocats spécialistes de droit communautaire de la concurrence, dont Noëlle Lenoir, Présidente du Cercle des Européens, les principes et les objectifs de la politique qu’elle met en œuvre. La Commission en matière de concurrence joue en effet le rôle d’une véritable agence indépendante des Etats et dont les décisions s’imposent directement tant à ceux-ci qu’aux entreprises.

Madame Kroes s’est plue à rappeler que la politique de concurrence est à la base de la création du Marché commun et que ses règles, que les entreprises sont tenues de suivre, doivent avant tout bénéficier aux consommateurs et aider par ailleurs les entreprises à s’armer pour être véritablement compétitives sur les marchés mondiaux. Neelie Kroes a reconnu que l’action de la Commission était parfois contestée, notamment en France où il lui a été reprochée d’entraver l’émergence ou le développement de "champions nationaux". Toutefois, comme l’exemple de Microsoft en témoigne, il s’agit au contraire de ménager la possibilité pour les champions en concurrence avec une entreprise de se déployer sans être victime de possibles abus de position dominante.

La politique de concurrence ayant fait ses preuves en Europe, il faut surtout aujourd’hui repenser la place de l’UE dans l’économie mondiale, face notamment à l’accélération de la mondialisation et à la montée en puissance des pays émergents.

www.troisfourmis.com