Twitter du Cercle

Jacques Attali: "Pour une Eurofédération solidaire et démocratique"

Version pour imprimerPDF version

13 mars 2012

Jacques Attali, Simone Harari et Benoît Thieulin ont lancé à la Maison de l'Europe de Paris une pétition "Pour une Eurofédération solidaire et démocratique". Le Cercle des Européens y était.


Professeur, écrivain, conseiller d’Etat honoraire, conseiller spécial auprès du Président de la République de1981 à 1991, fondateur et premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres de 1991 à 1993, Jacques Attali est maintenant président de A&A, société internationale de conseils, spécialisée dans les nouvelles technologies, basée à Paris, et président de PlaNet Finance, organisation internationale à but non lucratif, rassemblant l’ensemble des institutions de microfinance du monde.


Lundi 12 mars, une conférence-débat a été organisée à la Maison de l’Europe de Paris pour lancer une pétition "pour une Eurofédération, solidaire et démocratique". A l’origine de cette initiative, Jacques Attali, Simone Harari et Benoît Thieulin. Les trois fondateurs ont ainsi officialisé l’ouverte d’un site Internet (www.eurofederation.eu) afin de recueillir la signature de citoyens de tous les pays européens. La pétition vise à transformer les institutions européennes en une véritable fédération "démocratique, budgétaire et sociale". Jacques Attali espère que les réseaux sociaux et internet "nous permettront de toucher le maximum de gens".

Une Eurofédération avec un Congrès de l'Union

pour une eurofédérationLe manifeste propose notamment de dépasser les institutions actuelles pour transofrmer l'Union européenne par la mise en place d'un "Congrès de l'Union" qui élirait un président pouvant à terme être élu au suffrage universel. Ce Congrès de l’Union serait composé du Parlement européen - élu au suffrage universel dans le cadre d’une circonscription unique et sur la base de listes transnationales -, et d’un Sénat des nations. Cette pétition a pour ambition de faire pression sur la Commission européenne afin qu'elle propose aux pays membres un programme fédéral, économique, social et démocratique.

Il est nécessaire selon Jacques Attali que le "maximum d'Européens prennent conscience que c'est un moment charnière et fondamental. Sans avancée vers l'intégration, l'Europe va partir en morceau, l'euro va disparaître, notre niveau de vie va baisser. Ce n'est pas qu'une question d'avancée, mais aussi de ne pas reculer. Le projet d'une eurofédération est la seule chance de sauver ce que l'Europe a apporté au monde depuis cinq siècles".

Durant la conférence, Haris Pamboukis, professeur de droit international et ancien ministre du gouvernement grec, Philippe Aghion, professeur d’économie de l’université d’Harvard, et Anne-Marie Lizin, présidente honoraire du Sénat belge ont exprimé la nécessité d’une Europe fédérale dans un échange modéré par Olivier Ferrand (Président du think tank Terra Nova), et Dominique Reynié (directeur de la Fondation pour l'Innovation Politique).

www.troisfourmis.com