Twitter du Cercle

Frédéric Moncany de Saint-Aignan: "Mes priorités seront directement inspirées de l’immense travail accompli par Francis Vallat"

Version pour imprimerPDF version

18 août 2014

Frédéric Moncany de Saint-Aignan, succédera à Francis Vallat le 3 décembre prochain. Il nous livre les priorités de sa présidence.



Quel est votre parcours ?
Mon parcours est celui d’un « homme de Mer » : formation d’Officier de la Marine Marchande conclue par l’obtention du brevet de Capitaine de 1ère Classe de la Marine Marchande, autrefois appelé Capitaine au Long Cours. Avec ce sésame, durant plus de 10 ans, ayant sous les pieds le pont de navires porte-conteneurs, j’ai navigué sur toutes les mers du Globe.
Mais originaire de Rouen, où durant ma jeunesse, les grands navires présents dans ce grand port maritime méconnu (Rouen est un port de mer !) m’avaient toujours fait rêver. Ces long-courriers sont, à n’en pas douter, l’inspiration de ma deuxième carrière : celle de pilote maritime. Le pilote maritime monte à bord du navire lorsqu’il se présente à l’entrée d’un port. Spécialiste des lieux, aux côtés du Capitaine, il prend la conduite de la manœuvre afin de garantir la sécurité des navires, d’assurer la protection de l’Environnement et enfin de faciliter l’efficacité économique des transits portuaires.  C’est ainsi, en prenant pleine conscience de l’importance du pilote dans la chaine économique portuaire (90% du commerce mondial est transporté par voie maritime) que j’ai « plongé » dans l’économie portuaire et maritime puis plus largement dans celle de la Mer. 

Quelle est votre source de motivation pour devenir Président du CMF ?
Au cours de ma carrière j’ai exercé diverses responsabilités. Celles-ci m’ont conduit à la tête de la Fédération française des pilotes maritimes puis à la vice-présidence de l’association internationale. Par ces fonctions, j’ai eu l’occasion de fréquenter « celles et ceux » qui font l’économie maritime. Et parmi eux, bien sûr, Francis VALLAT, président fondateur du Cluster Maritime Français et « Figure emblématique » de l’économie de la Mer, celle de l’économie traditionnelle (commerce, pêche, plaisance…) que nous connaissons mais aussi celle des économies maritimes  en devenir qui permettront à notre pays de retrouver une place de premier plan dans le paysage économique mondial : énergies marines renouvelables, ressources minérales des grands fonds marins, exploitation et développement de la biomasse etc…). Ces perspectives pour l’avenir de notre pays ne pouvaient que me fasciner et renforcer ma motivation à me mettre au service du CMF. L’Amitié professionnelle puis personnelle qui s’est liée avec Francis a fait le reste.

Quelle seront vos priorités ?
Elles seront directement inspirées de l’immense travail accompli par mon prédécesseur. Au service de l’Economie de la Mer et de ses acteurs, faire toujours preuve de plus d’efficacité et d’esprit de service ; contribuer sans relâche à faire (re)naître et grandir une politique maritime française qui soit à la hauteur de notre pays (2ème surface maritime de la Planète) et à la hauteur des enjeux du XXI siècle : un développement durable alliant développement économique et sociale et protection de l’Environnement. Tout ceci dans une indispensable  dimension européenne, en s’appuyant sur le réseau des Clusters Maritimes Européens présidé par Francis Vallat.

www.troisfourmis.com