Twitter du Cercle

Elisabeth Morin-Chartier: "Cette fois, ce sera entre quatre groupes politiques"

Version pour imprimerPDF version

29 mai 2019

Élisabeth Morin-Chartier est unanimement reconnue comme une députée européenne qui aura travaillé ses dossiers et incarné l'influence française à Bruxelles et Starsbourg. Le 2 juillet prochain, à 8 h 30, elle cessera d’être eurodéputée. Elle a accepté de livrer ses impressions sur les réusltats de dimanche et de prendre position.


Fonctions au Parlement européen depuis Juillet 2014

• Questeur du Parlement européen (membre du Bureau du Parlement européen)

• Membre titulaire de la Commission parlementaire de l’emploi et des affaires sociales ;

• Membre suppléante de la Commission parlementaire de la culture et de l’éducation ;

• Membre de la délégation pour les relations avec l’Inde ;

• Membre suppléante de la délégation pour les relations avec les États-Unis ;

• Vice-présidente de l’Intergroupe parlementaire “Développement du tourisme européen, héritage culturel, chemins de Saint-Jacques et autres routes culturelles européennes”

• Co-rapporteur (PPE) pour le projet de révision de la Directive travailleurs détachés

 

Engagement politique

• Membre de l’assemblée politique du Parti Populaire Européen (PPE) depuis 2008 ;
• Membre du Bureau du Groupe politique du Parti Populaire Européen (PPE) du Parlement européen depuis 2009 ;

Engagement personnel

Membre
• Du groupe MAC « Les Députés contre le Cancer » au Parlement européen ;
• De l’Association Alzheimer Europe ;
• De l’Intergroupe parlementaire « Vins, Spiritueux et aliments de qualité »

Présidente de l’Union Européenne des Femmes – EUW (depuis 2013)

Parcours universitaire et professionnel :

• Inspecteur général de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche, pour le groupe sud-est de la France – académies de Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Nice et Corse – (2001-2010) ;

• Inspecteur d’Académie, responsable de la formation nationale des inspecteurs d’académie et des proviseurs à l’École supérieure de l’Éducation nationale (1997-2001) ;

• Proviseur, responsable de la formation nationale des inspecteurs d’académie et des proviseurs à l’École supérieure de l’Éducation nationale (1995-1997) ;

• Proviseur Directrice générale du CNED – Futuroscope (Centre National d’Enseignement à Distance – 1988-1995) ;

• Directrice adjointe au Centre régional de Documentation Pédagogique de Poitou-Charentes (1985-1988) ;

• Chargée de mission pour la rénovation des collèges, puis chargée de mission pour l’action culturelle au rectorat de l’académie de Poitiers (1984-1985)

• Professeur d’histoire-géographie au Collège Descartes à Châtellerault puis au Lycée Aliénor d’Aquitaine à Poitiers (1970-1984) ;

• CAPES d’histoire-géographie (1970) ;
• Diplôme d’études supérieures d’histoire des religions (1969, mention très bien) ;
• Maîtrise d’histoire ancienne “La femme dans les poèmes homériques” (1969, mention très bien) ;

Parcours politique

• Membre du Conseil Économique et Social de la République française, Vice-présidente de la délégation Europe et Membre de la “Section Économie Régionale, Aménagement du Territoire” (2004-2007) ;

• Vice-présidente de la conférence des régions périphériques maritimes (CRPM – 2002 à 2004) ;

• Chargée de mission au Cabinet du Ministre délégué à l’enseignement scolaire sur la santé des jeunes (2002-2004) ;

• Présidente du Conseil Régional de Poitou-Charentes (2002-2004)

• Conseillère régionale de Poitou-Charentes (1998-2010)

• Conseillère municipale de la ville de Poitiers (2001-2007);

Publications

• Les partis politiques à l’époque de Jules César, Maspero, 1976 ;
• Manger autrefois en Poitou, CNDP : prix de la Fondation de France, 3e édition, 1995 ;
• Patrimoine et environnement en milieu urbain, CNDP, 1984 ;
• Aux urnes, citoyens, CNDP, 1986 ;
• Les marchés du multimédia, Les Échos, 1995.

Distinctions

• Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur (2000) ;
• Officier dans l’Ordre national du Mérite (2007) ;
• Commandeur des Palmes académiques (2005).


Le Cercle des Européens : Quelle est votre lecture des résultats?

Plusieurs points m’interpellent : tout d’abord, je remarque que l’Europe intéresse les citoyens européens puisque le taux de participation aux élections a été élevé. Il est de notre devoir à tous, en tant qu’eurodéputés et anciens eurodéputés, en tant qu’élu locaux, en tant journalistes, d’informer plus et mieux, pendant toute la mandature, sur les actions que l’Europe mène. Mais je suis frappée et déçue de la montée du populisme en Europe. Nous pointions régulièrement l’Europe centrale et orientale du doigt pour ces dérives, mais le populisme attaque très fort en Europe de l’Ouest aussi. Il faut se rappeler que nous n’avons pas d’avenir si nous ne restons pas Européens, ensemble. Enfin, les résultats par groupe politique, à l’échelle européenne, renforcent les méthodes de travail du Parlement : écoute, dialogue et construction d’un consensus pour pouvoir obtenir une majorité. Cette fois, ce sera entre quatre groupes politiques.

 

Le Cercle des Européens : Pensez-vous que la France va gagner en influence au parlement européen?

La question est prématurée. En effet, l’influence qu’un député peut avoir au Parlement européen est liée à l’investissement personnel dans le travail, notamment la capacité à être rapporteur sur les sujets importants, et à être élu aux postes d’influence. Affaire à suivre, donc !

 

Le Cercle des Européens : Ce résultat donne-t-il des indices en ce qui concerne le président de la Commission européenne?

Un bon président de la Commission européenne se doit d’être profondément rassembleur, ainsi que fin connaisseur de la Commission et des États membres. Michel Barnier, par ses expériences passées en tant que Commissaire, mais aussi par son rôle, aujourd’hui, de négociateur en chef pour l’Union Européenne sur la question du Brexit, me semblerait correspondre en tous points à ces critères.

www.troisfourmis.com