Twitter du Cercle

Le bilan de l'euro est "globalement positif" pour Caresche et Herbillon

Version pour imprimerPDF version

07 mai 2014

Les députés Christophe Caresche (SRC, Paris) et Michel Herbillon (UMP, Val-de-Marne) ont présenté un rapport d'étape sur le bilan de l’euro en réunion de Commission des affaires européennes (mai 2014).



La Communication met lumière les principaux apports de l’euro (inflation maîtrisée, taux d’intérêt bas, développement des échanges commerciaux, fin des dévaluations compétitives, création d’une monnaie de stature internationale, mise en place d’une solidarité monétaire partagée, moyen d’influence dans les négociations internationales). Ce rappel est important dans un contexte où se multiplient les discours en faveur d'un éclatement de la zone euro devant permettre aux États membres de retrouver une pleine souveraineté sur la politique économique dans son ensemble y compris la politique monétaire.

Pour les auteurs, les difficultés actuelles en matière de croissance et d'emploi ne doivent pas conduire à un démantèlement de l'euro qui comporte de nombreux risques. Ils appellent au contraire à une réflexion sur les moyens d’améliorer le fonctionnement de l'Union monétaire. Sans préconiser la révision du mandat de la BCE, les auteurs souhaitent un débat sur l’objectif à atteindre en matière d’inflation, compte tenu du risque actuel de déflation. L'assouplissement de la politique monétaire doit également envisagée.

Ils ont enfin plaidé pour que les États de la zone euro continuent à conduire les réformes structurelles nécessaires.

"Il faut reconnaître que les principales difficultés auxquelles est confrontée la France aujourd'hui, que ce soit en matière de croissance, d'emploi ou de maîtrise des finances publiques ne sont pas dues à l'euro, mais aux faiblesses intrinsèques de notre économie. Le salut de l'économie française ne passe pas par la sortie de l'euro, mais plutôt par des réformes structurelles", écrivent-ils.

Les auteurs souhaitent l’approfondissement de l’Union économique et monétaire, incluant une convergence sociale et fiscale. Ils préconisent aussi un véritable budget fédéral à même de jouer un rôle contra-cyclique en cas de choc affectant un membre de la zone euro ainsi que d'une capacité d'endettement. Le renforcement de la légitimité démocratique des décisions prises est une autre priorité.

www.troisfourmis.com