Twitter du Cercle

La Domomédecine: un nouveau système de santé souhaitable, possible, nécessaire

Version pour imprimerPDF version

09 octobre 2012

Tous les pays, en particulier en Europe, sont confrontés au développement des maladies chroniques, souvent associées, amplifié par le vieillissement de leurs populations. Pour François Guinot, la Domomédecine peut résoudre une partie de ces difficultés.



Tous les pays, en particulier en Europe, sont confrontés au développement des maladies chroniques, souvent associées, amplifié par le vieillissement de leurs populations. Le souhait des patients, fortement exprimé, serait que les soins leur soient dispensés à leur domicile ou dans leur milieu socio-professionnel, garantissant ainsi leur autonomie. A la condition de s’assurer de soins comparables ou supérieurs en quantité et qualité à ceux qu’ils reçoivent dans le système actuel. C’est désormais possible techniquement, grâce au développement d’instruments non invasifs et communicants (capteurs, enregistreurs, injecteurs,… miniaturisés et sans fil) (à titre d’exemple voir :Eric J.Topol, Transforming medicine via digital innovation. Sci. Transl. Med 2, 16cm4 - 2010). Des fonctions sont mesurées en continu (glycémie, tension artérielle, fréquence cardiaque, oxymétrie…).Des traitements en continu sont largement diffusés (insulino-, oxygéno-, chronochimio- thérapies, dialyse péritonéale,…).

Ce suivi constant du malade a démontré qu’il était source de progrès médical (telemonotoring and self-management in the control of hypertension : a randomised controlled trial. Vol 376 July 17, 2010). Il participe de l’évolution recherchée vers une médecine personnalisée. Mais pour prendre en charge un malade atteint de multipathologies, il est nécessaire d’intégrer toutes les technologies existantes, souvent propres à une pathologie donnée, et de les rendre compatibles. Il s’agit de bâtir un "système de systèmes" aux performances supérieures à celles qui résulteraient de la seule juxtaposition de ses composantes. Ce système intégré constitue la base de la Domomédecine qui se définit comme l’ensemble des actes et soins dispensés au domicile du patient ou lors de ses activités socioprofessionnelles et se propose trois objectifs:

  • répondre au souhait des patients,
  • stimuler le progrès médical
  • et contribuer à une meilleure économie de la santé.

Certes l’intégration des technologies existantes, leur nécessaire adaptation, le rôle central des TIC, demandent encore de solides expérimentations. Cependant, les difficultés rencontrées pour bâtir ce nouveau système viendront moins des technologies que des changements de comportements et d’habitudes à susciter, de problèmes juridiques ou réglementaires à surmonter, d’éducation et de formation à réaliser pour les patients, leur entourage et tous les acteurs de santé concernés. La capacité de l’Académie des technologies de mêler des compétences d’apparence éloignées a conduit au Rapport à l’origine du concept, réalisé par deux Académiciens, Francis Levi, cancérologue pionnier de la chronobiologie et Christian Saguez, professeur à l’Ecole centrale spécialiste des TIC (voir le rapport de l'Académie des Technologies 2008 - "Le patient, les technologies et la médecine ambulatoire"). L’une des recommandations de ce Rapport était de l’expérimenter sur un nombre important de patients - plusieurs milliers- afin de le tester sur ses trois objectifs.

Le soutien du Conseil Régional de Champagne-Ardenne, de son Président Jean-Paul Bachy et de ses services, suivi de celui de tous les intervenants indispensables (ensemble des acteurs de santé, responsables de formations, mutuelles, etc.) ont lancé le mouvement qui positionnera cette Région à l’avant-garde de la Domomédecine. Ce mouvement s’élargit à d’autres Régions et en particulier à l’Ile de France, aux pôles de compétitivité concernés et à de nombreuses entreprises. Un Consortium réunit régulièrement tous les intervenants. Plusieurs pré-projets ont fait l’objet de sélections rigoureuses. PICADo porté par la société ALTRAN et cofinancé dans le cadre du Fonds Unique Interministériel n°12 par Champagne-Ardenne, Ile de France, OSEO, mairie de Paris. DOMOCARE porté par la société AXON’CABLE, EclairAge porté par la société ALTRAN,  sélectionnés dans le cadre des emprunts d’avenir. De même, le projet européen In CASA (Integrated network for Completely Assisted Senior Citizen’s Autonomy) réunit des équipes de 7 pays, dont celle de Francis Levi. Chacun de ces pré-projets a pour objet d’approfondir certains problèmes spécifiques et leurs résultats seront précieux pour la réalisation du projet lui-même.

Le temps est venu de l’engager. Il concerne évidemment tous les européens et devrait mériter leur soutien.

François GUINOT
Président Honoraire et Délégué aux relations internationales de l’Académie des technologies ;
Président du Consortium Domomédecine Champagne-Ardenne (Agence Carinna)

 

logo de l'Académie des Technologies

www.troisfourmis.com