Twitter du Cercle

Informer sur l’Europe en France

Version pour imprimerPDF version

24 octobre 2007

Le Centre d’analyse stratégique, en partenariat avec la Fondation Robert Schuman, consacre dans sa revue Horizons stratégiques, un dossier spécial sur l’information et la communication sur l’Europe en France. L’objectif de ce diagnostic est de « poser les jalons d’une réflexion stratégique visant à mieux faire connaître et comprendre l’Union européenne en France »



Après le rejet du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005 et dans perspective de la ratification parlementaire du nouveau Traité réformateur, des élections européennes et de la présidence française de l’Union au second semestre 2008, le Centre d’analyses stratégiques, en partenariat avec la Fondation Robert Schuman, consacre dans sa revue Horizons stratégiques, un dossier spécial sur l’information et la communication sur l’Europe en France. L’objectif de ce diagnostic est de « poser les jalons d’une réflexion stratégique visant à mieux faire connaître et comprendre l’Union européenne en France ».

L’article d’introduction du dossier, rédigé par Thierry Chopin, directeur des études de la Fondation Robert Schuman et Marie-Cécile Milliat , du Centre d’analyse stratégique, pose la questions des stratégies d’information sur l’Europe en France. Pour les deux auteurs, « le passage d’une communication ponctuelle à l’information de fond constitue l’objectif à atteindre pour soutenir l’appropriation des enjeux européens et la participations des citoyens à la vie politique communautaire ». C’est en effet le « déficit de l’information institutionnelle des citoyens » sur la construction européenne qui est souligné. L’enjeu est décisif puisqu’une meilleure information des citoyens participerait au renforcement de la légitimité démocratique de l’Union.

Au sein des nombreux articles de ce dossier, Thierry Chopin et Yves Bertoncini, du Centre d’analyse stratégique, analysent les enjeux de la présidence française de l’Union en terme d’information et de communication sur l’Europe. Les deux auteurs défendent l’idée selon laquelle la présidence française, précédée des élections européennes, doit entrainer une mobilisation efficace des pouvoirs publics et fournir l’occasion d’un renouvellement des stratégies, en passant d’une « communication institutionnelle » à une « information politique ». Pour la présidence français il s’agit notamment de profiter de la mobilisation politique et de l’accroissement de l’information sur l’Europe pour intéresser les Français à l’Europe. La politique d’information et de communication de la France devra ainsi être cohérente, structurée, ne pas uniquement se concentrer sur les priorités de la Présidence mais aborder de façon approfondie le fonctionnement de l’Union. L’enjeu est également de diffuser une information politique ou politisée, adaptée aux réalités de la vie politique communautaire et à la présence de l’Union dans la vie quotidienne des citoyens. Par opposition à une communication institutionnelle, assimilée à de la propagande, les auteurs préconisent une information capable de diffuser des éléments d’appréciations contradictoires sur la base desquels les citoyens pourront de forger une opinion.

www.troisfourmis.com